Mares Roselieres

Les Réserves Naturelles Régionales

Créées par les régions dans un objectif de préservation des richesses naturelles remarquables, les Réserves naturelles régionales (RNR) suivent une procédure basée sur le consensus et la concertation locale autour de la démarche de labellisation et de mise en valeur d’un site.

Le Parc participe à la création et au suivi de plusieurs réserves sur son territoire. Actuellement deux sites sont classés en Réserves Naturelles Régionales (RNR) :

  • Le Marais de Taligny (20 ha) ;
  • L’étang et les boisements de Joreau (92 ha)

Un troisième site est en cours d’étude pour un classement en RNR : les steppes de Méron à Montreuil-Belay.

Le Parc assiste les propriétaires des sites éligibles à devenir une réserve dans la mise en œuvre des différentes étapes pour obtenir le classement.

Ainsi, un diagnostic écologique et socio-économique est réalisé au préalable sur l’ensemble du territoire envisagé. Si celui-ci est estimé d’importance au regarde des enjeux de conservation d’une faune, flore et/ou d’un patrimoine géologique remarquable, un plan de gestion est alors élaboré pour plusieurs années et permet d’obtenir le classement du site qui rejoint ainsi le réseau des Réserves naturelles de France.

Par la suite, le Parc se place comme co-gestionnaire des RNR créées, mettant ainsi en œuvre les différentes actions du plan de gestion de chaque site en partenariat avec les autres co-gestionnaires (collectivités propriétaires du site).

Le Marais de Taligny

Logo Marais de Taligny

Photo Marais de Taligny

Le marais de Taligny est une zone humide située sur les communes de la Roche-Clermault et de Seuilly, en Indre-et-Loire (37). Cette zone humide est traversée par le cours d’eau du Négron qui rejoint ensuite la Vienne sur la commune de Chinon.

Initialement riche d’une faune et d’une flore variée, le site abritait des habitats rares et exceptionnels pour la région. De lourds travaux de drainages et de plantations de peupliers réalisés depuis 1975 avaient détruit une bonne part de cette biodiversité unique.

Néanmoins diverses études menées depuis sur le site ont mis en évidence un intérêt toujours fort du site en termes de biodiversité, car il présente les caractéristiques d'un bas-marais alcalin avec la présence d'habitats et d’espèces patrimoniales rares telles que la Samole de Valérand, le Râle d'eau, l'Agrion de Mercure, le Campagnol amphibie. On y retrouve également une des dernières grandes roselières d’Indre-et-Loire.

De ce fait, le marais est classé à plusieurs titres :

  • 85 hectares sont classés Espace Naturel Sensible (ENS) par le Département d’Indre-et-Loire, depuis le 21 septembre 2012 ;
  • Au cœur de ces 85 hectares, 20 hectares sont classés Réserve Naturelle Régionale (RNR) par la Région Centre-Val de Loire, depuis le 14 février 2014.

Le plan de gestion définit pour 6 ans plusieurs objectifs :

  • La restauration hydraulique pour limiter les impacts des travaux de drainage ;
  • La gestion des habitats (fauche, pâturage…) et la diversification des milieux (plantations de haies…) ;
  • L’approfondissement des connaissances naturalistes du marais ;
  • L’aménagement d’un sentier de découverte du marais.

Le site fait actuellement l’objet de lourds travaux restauration hydraulique qui lui permettront de retrouver, en partie, la biodiversité et les fonctionnalités perdues depuis un demi-siècle. Par la suite, un sentier sera créé avec du matériel pédagogique pour découvrir la réserve. En attendant, un premier tracé aménagé sur une autre partie du marais permet de découvrir le site en période estivale.

Pour connaître toutes les actions mises en place, téléchargez les rapports d'activités 2020 et 2019.

L'Étang et et les boisements de Joreau

Logo Etang et boisements de Joreau

Mare forestiere

Le site de Joreau est situé dans le Maine-et-Loire (49) sur la commune de Gênes-Val de Loire, à environ 15 km au nord-ouest de Saumur et à 1,5 km de la rive sud de la Loire. Il constitue la continuité du massif forestier de Milly.

Le site est constitué d’un étang forestier de 7 ha au milieu d’un massif forestier constitué de boisements de chênes, de pins et de landes, classé également en Espace Naturel Sensible de Maine-et-Loire.

La réserve a été créée en 2015 et couvre une superficie de 92 ha qui concentre une richesse biologique importante, car près de 700 espèces sont recensées sur 21 habitats différents.

Mais ce sont surtout les odonates qui donnent au site de Joreau une valeur patrimoniale exceptionnelle. L’étang de Joreau constitue le site le plus riche du département en libellules avec 48 espèces observées (sur les 68 espèces recensées en Pays de la Loire). Par ailleurs, parmi les espèces reproductrices, plusieurs ont une valeur patrimoniale importante comme le Leste dryade, l’Agrion joli, l’Aeshne isocèle, la Leucorrhine à front blanc et la Leucorrhine à large queue. Les deux dernières sont très rares dans l’ouest de la France, protégées nationalement et présentent ici des populations reproductrices très importantes.

Le site de la réserve de Joreau appartient à la commune de Gênes-Val de Loire et est ouvert au public. Randonnée, pêche, balade sont possibles auprès de l’étang et dans les boisements.

 

Reportage RCF "L'été en Pays de Loire" du lundi 13 juillet sur l'étang de Joreau :

Contactez-nous

Bastien Martin
Technicien biodiversité
b.martin [at] parc-loire-anjou-touraine.fr